Résistance au plat du jour!

Vendredi 7 février 2020

Ouverture de l’assemblée

 

A partir de 18.00 Souper avec des produits issus d’une agriculture solidaire

 

19.30 - 21.30 L’heure est à la résistance!

Interventions de travailleur.euse.s agricoles et de syndicalistes de base d’Espagne du sud, d’Italie du sud, de Suisse et d’Autriche

 

Dès 21:30   Bar

____________________________

Le jeudi 6 février 2020, nous projetterons un film sur le thème des assises au cinéma de la Reitschule Berne, suivi d‘un débat.

Pour plus d‘informations : www.kino.reitschule.ch

5.png

Le jeudi 6 février 2020 à 19h30, nous présenterons au cinéma Reitschule le film "Fair Food" sur le combat réussi des récolteurs de tomates aux Etats-Unis (Trailer)

Suivi d'une discussion avec Philippe Sauvin (L'autre Syndicat), Silva Lieberherr (Multiwatch) et Dominik Waser (Landwirtschaft mit Zukunft)

Samedi 8 février 2020

Journée des assises

 

A partir de 9.00 Café et croissants

 

9.30 - 10.15 Accueil et introduction au thème

- En souvenir des événements d‘El Ejido - Raymond Gétaz (Forum Civique Européen)

- La Déclaration UNDROP - Michelle Zufferey (Uniterre)

- Etude sur les conditions sociales dans l‘agriculture suisse - Sarah Schilliger (sociologue) et Silva Lieberherr (Pain pour le prochain) 

 

10.30 - 12.45 Ateliers discussions en parallèle

 

1 Organisation sur place des travailleur.euse.s agricoles migrant.e.s: Campagne pour leurs droits 

2 Approches féministes pour faire face à la précarité des femmes dans l‘agriculture suisse 

 

3 Agriculture solidaire: tensions entre revendications politiques, réalisation personnelle et approvisionnement de la population

 

4 Formes alternatives de production et de distribution régionale et internationale 

 

5 Brigades internationales contre «l‘esclavage moderne», propositions d‘actions, boycott des grands distributeurs?

 

12.45 - 14.15 Repas de midi au Progr, légumes
de saison

 

14.15 - 16.00 Réunion de clôture: Quels chemins vers un tournant socio-écologique?

Reprises des propositions des ateliers et discussion sur les prochaines étapes

Modération: Bettina Dyttrich (WOZ)

_____________________________

Inscription souhaitée pour le 31 janvier 2020:

tagung-landarbeit@immerda.ch

 

Participation solidaire souhaitée : 20 francs (sur place)

 

Dons sur CCP 17-747905-1, Plateforme pour une agriculture socialement durable, Gland

 

Les locaux sont accessibles aux personnes à mobilité
réduite.

 

Garde d‘enfants sur demande.

 

Les assises se déroulent en bilingue (allemand/français).

Workshops - détails

1 Organisation sur place des travailleur.euse.s agricoles migrant.e.s: campagne pour leurs droits 

Avec Sónia Melo (Sezonieri.at, Autriche), Philippe Sauvin (l‘autre syndicat) et des ouvrier.e.s agricoles roumain.e.s en Suisse

 

En Suisse, le recours en agriculture à de la main-d’œuvre salariée est de plus en plus fréquent. Près de 25% des personnes travaillant dans l’agriculture sont des ouvriers et ouvrières salarié-e-s, dont la moitié, soit près de 20'000 personnes, ést issue de la migration. Les conditions de travail sont le plus souvent mauvaises et les personnes migrantes sont particulièrement mal protégées. Lors de cet atelier, il s’agira de mieux connaître les conditions de travail, de discuter des améliorations nécessaires et de la manière de les réaliser. Dans le même temps nous présenterons l’initiative « Sezonieri », un exemple de mobilisation et de soutien aux travailleurs et travailleuses migrant.e.s en Autriche.

 

2 Approches féministes pour faire face à la précarité des femmes dans l‘agriculture suisse 

Avec Johanna Herrigel (WIDE) et Christine Badertscher (Agricultrice bio et conseillère nationale)

L’égalité des genres et l’abolition de toute discrimination sont les conditions préalables pour parvenir à une agriculture solidaire et durable. Pour cette raison, nous portons dans le cadre de cet atelier un regard féministe et donc intersectionnel sur la situation actuelle des femmes dans l’agriculture Suisse. Nous voulons thématiser la précarité des femmes, discuter d’exemples positifs, et développer ensemble des utopies (concrètes) pour une agriculture internationale solidaire et durable. 

 

3 Agriculture solidaire: tensions entre revendications politiques, réalisation personnelle et approvisionnement de la population

Avec Bettina Dyttrich (WOZ), Simon Affolter (anthropologue social) et diverses initiatives pour une agriculture solidaire 

 

Consommateurs et producteurs s'associent dans des projets d'agriculture solidaire (agriculture contractuelle). Ceci, dans le but de créer de bonnes conditions de travail pour les agriculteur.trice.s et les maraîcher.e.s, c'est-à-dire, un travail autodéterminé et un salaire horaire plus élevé qu’habituellement dans le secteur - et par conséquent une vie possible en-dehors du travail. Mais dans la pratique, ce n'est pas toujours facile : un abonnement de légumes ou d'autres denrées alimentaires devient plus cher à mesure que les conditions de travail s’améliorent. Le risque existe que les consommateur.trice.s à faible revenu ne puissent pas se permettre une agriculture solidaire. Comment l’agriculture contractuelle fait-elle face à ce dilemme ? Et comment éviter que les projets deviennent des bulles autosuffisantes, qui n'entreraient guère en contact avec les conditions de travail précaires de l'agriculture "normale" et ne changent rien à cette situation ? Comment parvenir à un impact plus large de l'agriculture solidaire ?

4  Formes alternatives de production et de distribution régionale et internationale

Avec des représentant.e.s de Casa Sankara (Italie du Sud), Crowd-Container et Pecore Ribelli

Modérateurs: Urs Sekinger (Solifonds) et Dominik Waser (grassrooted, Landwirtschaft mit Zukunft) 

 

Les denrées alimentaires produites dans de bonnes conditions sociales et en bio font contrepoids à l'agriculture industrielle. A l'aide d'exemples, des formes alternatives de production seront présentées et l'organisation de la distribution et de la vente des produits examinée.

 

5 Brigades internationales contre «l‘esclavage moderne», propositions d‘actions, boycott des grands distributeurs?

Avec Johannes Dahmke et Raymond Gétaz (Forum Civique Européen), des représentant.e.s du syndicat de base SOC-SAT (Almería) et des Brigades internationales (Berlin)

 

Il y a quelques années, de jeunes Berlinois.es ont fondé les "Brigades internationales" (www.interbrigadas.org). En groupes de 10 à 15 personnes, elles font preuve de solidarité concrète avec les personnes qui luttent pour leurs droits. Au cours des trois dernières années, elles ont passé plusieurs semaines à Almeria et ont soutenu le syndicat des travailleur.euse.s agricoles SOC/SAT. 

Comment pouvons-nous mieux résister ensemble en mettant en réseau les consommateur.trice.s et les personnes des pays producteurs ? Selon la devise : « Qu'attendez-vous de nous, qu'attendons-nous de vous ? » 

Par leur politique de prix, les grands distributeurs sont co-responsables de la disparition de nombreuses exploitations agricoles et de la persistance des mauvaises conditions de travail. Comment limiter le pouvoir croissant des grandes surfaces ? Des actions publiques de grande envergure telles que des "journées de boycott des supermarchés" pourraient conduire à un changement dans leurs pratiques commerciales. 

Tomate-links.png